ZeMonBlog

Ronan Barrot chez Claude Bernard

29 juin 2018

Je me demande à partir de quels arguments créatifs ce peintre habile, amoureux d’effets de pratiques…

Je me demande à partir de quels arguments créatifs ce peintre habile, amoureux de Van Gogh (version Nuenen), de Goya (version peinture sombre) etc. ; comment ce peintre amoureux d’effets de matière et d’effets de pratiques, d’effets d’image et d’effets de tableaux, d’expressionnisme exubérant ou dramatiques, de luminosités spectaculaires, de pénombres théâtralisées, de gestualité et de triturations, de subjectivité et d’égocentisme peut défendre un regard contemporain, du moins moderne ?

Folklore sexuel de Jan Fabre, rue Grenier-Saint-Lazare ou l’art travesti de la singularité de J.F. Dessins de Richard Deacon aux Beaux arts