ZeMonBlog

Quelque chose de l'enfance de l’art, justement !

06 août 2018

Lors de l’émission L’enfance de l’art sur France Inter, belle réponse et mystérieux écho induit par Françoise Pétrovitch…

Un entretien avec Françoise Pétrovitch lors de l’émission L’enfance de l’art sur France Inter. Belle réponse et mystérieux écho induit par Françoise Pétrovitch qui, parlant de "quelque chose de l'enfance qui est fort et qui nous échappe" et "de tout ce qui est une chape". Et en même temps je repense à ce bonheur de peindre que transmettaient ses peintures exposées chez Sémiose. Mais c'est un fait que peindre, c'est à dire faire « parler » un sujet et une manière auxquels on se livre est et reste en soi une activité mystérieuse, truffée de chapes. Transformer Ce Livre de soi qu’est une image que par ailleurs on génère en une peinture autonome demeure un défi et une promesse. Ça gène et ça ère entre les gênes supputerait l’autre… Peut-être est ce aussi une des raisons de ne jamais pouvoir dessiner d’un seul et premier trait, de laisser avec Cézanne le dessin se frayer dans le blanc un chemin entre les possibilités d’images, de parier sur les semblants et les repentirs, rire avec les apparences que l’autre est plus enjoué que l’apparent actuel.

Claude Lévêque a rêvé d’art dans un ancien dortoir de l’abbaye de Frontevrault. Au fond, je peins etc…