ZeMonBlog

La collection Courtault pour quelques temps à la Fondation Vuitton

04/08/2019

Habituellement à Londres, une partie de la collection Courtault est pour quelques temps à Paris, à la Fondation Vuitton…

J’ai plusieurs reproductions de « L’homme à la pipe » peint par Cézanne. L’original actuellement visible à la Fondation Vuitton (Collection Courtault) permet de voir ce qu’aucune d’elles ne parviendra jamais à rendre réel : l’invraisemblable doute du peintre attelé à sa tache, aspiré par son aventure picturale, perdu sur ses chemins de pensée, égaré parmi leurs voies de traverses inventives, dévoré par son désir inexpugnable de créer et faire sens d’une réflexion authentiquement dialectique entre la trace et la mémoire du geste qui peint. Cette peinture brille d’une suite d’expériences absolues.

J’ai pareillement divers livres rapportant des œuvres de Pissarro (des années 85, 90 etc), certains paysages peints par Sisley ou Seurat, quelques études aquarellées de Turner. J’ai les ouvrages montrant de célébrissimes compositions de Gauguin, des visions tout aussi célébrissimes de Van Gogh, des tableaux mythiques comme l’esquisse pour « Le Déjeuner sur l’herbe » ou « Un bar aux folies bergère » par Manet, voire « Une gare Saint-Lazare » peinte par Monet, un Degas purement expérimental, un Lautrec plus fantasque que jamais, des Renoir tout de rêves et de sentiments conçu… Cette exposition me redonne le pouvoir d’à nouveau en vivre certains à vif et non par procuration. Et « L’homme au chapeau » ou quelque paysage truellé, « mouillé » ou vivement crayonné par Cézanne en font partie. Et le musée d’Orsay ou l’Orangerie des Tuileries et le Petit Palais ne me suffisent plus, et Amsterdam ne me suffit plus non plus ; j’ai l’impression à la fois idiote et sublime de tous les vouloir près de moi en même temps, de pouvoir y être heureusement perdu, oublié par les gardiens, porté par mes rêves intérieurs de beauté et de profondeur picturale. Habituellement à Londres, une partie de la collection Courtault est pour quelques temps à Paris, à la Fondation Vuitton…

A Beaubourg, Vasarely, plus que jamais populaire et "populiste". Regards, et même plus, sur la Biennale de Gentilly 2019